En arrivant dans le Jura, nous avons décidé de nous établir à Lons-le -Saunier car au vu des activités, c’était le lieu qui se trouvait le plus au centre. Nous n’avons pas fait une visite approfondie de la ville dù au Covid-19 (encore lui !), mais nous pouvons vous expliquer ce que nous avons vu et lu en nous baladant durant une journée. 

C’est partis pour une journée à Lons-le-Saunier ! 

Le Théâtre

Il occupe une situation de choix à Lons-le-Saunier, et ses façades rythment successivement deux places animées du centre-ville : la place de la Liberté et la place du 11 novembre. 

C’est un beau bâtiment de style rococo, reconstruit à partir de 1901, suite à un violent incendie. La salle des fêtes qui occupait la moitié de l’édifice a à son tour été détruite par le feu en 1983. Reconstruite, elle a été transformée en un espace de congrès et réunions, baptisé CAR’COM. 

Le théâtre est lui, un chef-d’œuvre d’architecture du début du XXème siècle où dorures, velours rouge, peintures et stucs se combinent pour donner à la salle tout son éclat. L’ensemble, classé Monument Historique, a été restauré en 1997. 

La Rue des arcades

Sans doute la rue la plus connue à Lons et … la plus jolie. Initialement construite en bois, elle a été entièrement reconstruite après l’incendie de 1637 en pierre et couvert de tuiles. Elle a su garder, à cette occasion, sa courbe gracieuse héritée du Moyen-Âge. Quant aux nombreuses arcades, elles frappent par leur diversité. 

Au numéro 24 se trouve la maison natale de Rouget de Lisle, auteur de la Marseillaise. Il a été dignement fêté à Lons en 1992, à l’occasion du bicentenaire de la composition du chant de guerre pour l’armée du Rhin (devenu La Marseillaise durant l’été 1792, parce-que interprété par les fédérés marseillais qui entraient à Paris). 

Rouget de Lisle est enterré aux Invalides. A l’extrémité sud de la rue, se dresse le beffroi, communément appelé « Tour de l’Horloge ». Il a remplacé une ancienne tour de garde, détruite en même temps que les remparts, au début du XVIIIème siècle, mais dont on a conservé les matériaux (et peut-être le plan ?) pour élever le beffroi. 

Le parc, les thermes Lédonia

Au cœur d’un splendide parc de sept hectares, où l’on trouve des essences très rares, et originaires des cinq continents, se trouvent les thermes Lédonia où, depuis 1892, on utilise les bienfaits des eaux salés. 

Des cures thermales classiques et des forfaits de remise en forme permettent, en outre, à chacun de tirer profit des eaux lédoniennes dans le cadre du « SPA Thermal Lédonia ». Une extension récente du parc accueille un jardin coréen contemporain. 

Monuments aux morts, Rouget de Lisle

Sur cette place, Ney a prononcé en 1815 sa célèbre phrase « la cause des Bourbons est à jamais perdu! ». 

Mais la place de la Chevalerie a surtout été choisie pour rendre hommage aux Lédoniens. Le premier d’entre eux d’abord, Rouget de Lisle, auteur de la Marseillaise. Sa statue, érigée en 1882, est l’oeuvre du sculpteur Bartholdi, à qui l’on doit aussi la célèbre statue de la Liberté de New York et le lion  de Belfort. Elle a été restaurée et classée en 1992, à l’occasion des festivités du bicentenaire de la Marseillaise. 

Au XXème siècle, on décida l’élévation des monuments aux morts à l’Est de la place. Celui aux héros de la guerre 1914-1918 a été inauguré en 1922. Les noms des lédoniens morts pendant la guerre 1939-1945 y ont été ajoutés. 

Derrière se trouve le monument à la « Gloire de la Résistance Jurassienne », dù à Sarrabezolles, grand prix de Rome, qui souhaite adosser ses personnages, symboles de la Résistance, à une massive carte du Jura. Ce monument date de 1950. 

La Place de la liberté

C’est incontestablement, depuis la destruction des remparts, le coeur de la ville. La place occupe en effet l’emplacement des anciens fossés qui, comblés, ont dégagé un grand espace d’une forme particulière (un rectangle presque parfait). Elle concentre aujourd’hui toutes les activités et principalement l’activité commerciale.

Sur la place se dresse la statue du général Lecourbe, né en 1759 à Besançon, et issu d’une ancienne famille franc-comtoise. Général d’empire, il s’était distingué sur les champs de bataille et notamment contre les Russes de Souvorov et Lons hérita de sa statue en 1830. 

La ville de Lons-le-Saunier a entièrement rénové la Place de la Liberté (sol, éclairages, fontaine et jets d’eau, mobilier urbain), et construit un parking couvert, pour la rendre plus belle, plus attractive. Elle accueille des animations et des concerts. 

Notre logement

A propos de ce logement : 

Studio en rez de chaussée donnant sur une cour intérieure situé dans l’ hyper centre de Lons le Saunier à 5 mn des Thermes et à 8 mn de la gare.
Entièrement rénové(pompe à chaleur ,climatisation )lit double et literie neuve, collect. DVD, , ,Smart TV:TNT , ,internet , wifi .
Cuisine ouverte avec bar :plaques à induction ,fours,frigo,grille pain,bouilloire électrique ,senséo et cafetière à piston ,machine à laver ,vaisselle ,ustensiles de cuisine ,salle d’eau ,wc,shampoing ,savon et serviettes

Le logement
Appartement meublé de 25m2 en rdc donnant sur une cours intérieur avec une pièce principale carrelage, un coin cuisine équipée, un coin nuit et une salle d’eau avec douche et wc suspendu

Equipements:
Réfrigérateur, plaque cuisson, micro onde multi fonction, ustensiles de cuisine, TV, internet, machine à lavée,

Autres remarques
Télévision smart TV ( Télévision connectée )

A 36€ la nuit et en plein centre ville, cela fait de ce logement l’un des plus abordable en terme de qualité/prix de la ville. Lien ici. 

Galerie photos :

  • FACEBOOK
  • Twitter
  • FACEBOOK
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires