Je me suis rendu deux fois à Toronto. La première, lors d’un voyage de deux jours avec des camarades lorsque je vivais à Trois-Rivières. La seconde, après mon échange universitaire au Québec afin d’améliorer mon niveau d’anglais dans une école spécialisée “EF Education”. Je suis resté un mois dans cette métropole comptant 2.7 millions d’habitants.

La première étape fut de me rendre en bus dans cette ville, soit 8 h de trajet. Arrivé au beau milieu de la nuit dans le quartier de West End, je devais encore me rendre à Scarborough. Heureusement que j’avais mon téléphone, sinon je m’y serai rendu à pied.

toronto

Grand naïf que je suis ! J’ai pris un taxi pensant que ce n’était pas trop éloigné. Erreur de débutant, 25 kilomètres me séparait de mon logement en famille d’accueil. 
A l’arrivée, je suis accueilli par cette famille venue des Philippines. Très gentille, mais il est tard donc voici la nourriture, la chambre et bonne nuit. Joie !
Je suis censé partager ma chambre avec une autre personne. Dans la maison, nous sommes cinq au total, deux français, un belge, un Mexicain et une dernière personne que je ne vais jamais croiser. Nous sommes tous dans la même école de langue. Je suis resté un mois pour une somme très conséquente, eux, ils devaient rester un an.

Un peu d’histoire

Toronto est habité depuis 10 000 ans. Les premiers habitants étaient les célèbres Iroquois. Cette ville a été habité par tout le monde durant les derniers siècles, que ce soit par les français, les anglais ou les américains
Aujourd’hui, c’est toujours l’une des villes les plus multiculturelles au monde. Sa devise est “Diversity Our Strength”. Plus de 50% des résidents appartiennent à un groupe de minorités visibles avec plus de 200 origines ethniques distinctes. La langue principale reste néanmoins l’anglais avec 160 autres langues parlées en ville. 
Toronto n’est pas qu’une grande population, la ville regroupe également les principaux sièges des réseaux de diffusion et des médias nationaux du Canada mais aussi les plus grosses banques canadiennes et autres sociétés multinationales, tous secteurs économiques confondus.

Vingt-cinq millions de touristes visitent chaque année l’immense métropole. La vie à Toronto n’est pas donnée, les loyers sont exorbitants, les transports en commun sont plus chers qu’à Paris, … mais une qualité de vie sans pareil. D’ailleurs, Toronto se retrouve chaque année dans le classement des meilleures villes de cette catégorie.

Je ne vais pas vous exposer le mois passé dans cette ville, ce n’est pas intéressant, ni écrire le Top 5 des meilleurs endroits à visiter. Je vais partager avec vous ce que j’ai fait, où je suis allé et ce que j’ai vu !

Graffiti Alley

Toronto n’a pas toujours apprécié les graffitis. Elle a même initié une campagne de nettoyage pour faire disparaître cet art urbain incompris. Suite à cela, un mouvement de graffeurs a émergé en taguant à grande échelle le portrait du maire de la ville car ce dernier avait participé symboliquement au nettoyage de la ville. 

Autre année, autre direction, le programme START (StreetArToronto) a décidé de promouvoir ce moyen d’expression. 
En me baladant, la première fois, j’ai découvert par hasard cette rue au sud de Chinatown entre Spadina Avenue et Portland. Cette ruelle d’un kilomètre est une véritable galerie d’art à ciel ouvert.

Mais Graffiti Alley n’est pas seule dans sa ville, nous retrouvons :

° Orbital Arts dans le quartier de Kensington Market. ⁣
° Ossington Laneway où les propriétaires ont demandé à des graffeurs de recouvrir les portes d’entrée pour éviter d’être vandalisés. ⁣
° Le quartier de Downtown où des graffeurs ont utilisé des boîtes de signalisations routières comme toile. ⁣
° Underpass Park, dans le quartier de West Don Lands, a doté des espaces communautaires, des terrains de sports et des aires de jeux entourés par des graffs d’artistes dans le cadre de la revitalisation urbaine du secteur.

Toronto Island

Comment s’y rendre ?

Au départ de Toronto Downtown, il est possible de prendre le ferry pour un trajet approximatif de 10 minutes ! Ce dernier nous dépose sur l’une des trois îles :

° Hanlan’s point⁣
° Center island ⁣
° Ward’s island

La traversée coûte 7.50$ aller-retour et offre un paysage à couper le souffle sur Toronto et sa célèbre CN Tower. C’est magnifique et ça n’a pas de prix. 
Pour mieux vous préparer voici les horaires des ferrys  et un plan des îles de Toronto.

Que faire sur ces îles ?

Comme je l’ai précisé plus tôt, je n’ai pas vraiment eu de chance mais j’ai eu l’occasion d’observer les principales activités même si elles étaient fermées.

Il fait froid les 3/4 du temps dans ce pays, les activités d’été sont extrêmement nombreuses. 
Se rendre à la plage. La duperie est simple car cette grande étendue d’eau est le Lac Ontario. Pour vous donner un ordre de grandeur, il est plus grand que l’île de France.

Pour les grands ou les plus petits, le Centreville Amusement Park est parfait pour une après-midi ou même des vacances entières!
Il propose un subtile mélange entre des attractions modernes et lontan, c’est totalement atypique. En revanche, durant l’hiver, cela fait plus peur qu’autre chose…. Retrouvez toutes les attractions disponibles ici.

La CN Tower

Afin d’observer Toronto dans toute sa grandeur, l’idéal est de monter sur la plus haute tour de la ville, que dis-je, du Canada. Elle culmine a 533.33 mètres. A l’origine, elle était le centre de l’antenne radio et TV pour l’Ontario. Aujourd’hui, c’est l’attraction la plus touristique de la ville. 
Construite entre 1973 et 1976, elle permet d’observer toute la ville et plus encore. Plusieurs activités à ne pas louper pour les plus courageux d’entre vous : sa plateforme d’observation à l’air libre et son sol transparent à 342 mètres d’altitude.

Plus haute tour pendant 34 ans avant d’être détrônée par la Burj Khalifa et la Canton Tower en 2009, la CN Tower reste néanmoins la huitième tour la plus haute du monde.

Instant Kodac devant Toronto 

Se faire photographier à Nathan Phillips Square devant la grande enseigne colorée TORONTO qui devait, à l’origine, ne rester que le temps des Jeux pan/para panaméricains (2015)

Chinatown

Non loin de la Graffiti Alley se trouve le quartier de Chinatown. Il s’étend de Spadina Avenue jusqu’à Dundas Street West.

Caractérisé par des portes d’entrée évoquant la Chine, on y trouve toutes sortes de boutiques de vêtement, des épiceries asiatiques, des salons de massage, des restaurants, … Le quartier reste très ancré dans sa culture asiatique et propose plusieurs grands festivals qui ont lieu chaque année. 

Toronto Chinatown Festival a lieu à la mi-août. Tous les acteurs locaux du quartier descendent dans les rues pour célébrer et promouvoir l’héritage chinois. En 2017, il a attiré plus de 250000 personnes sur deux jours. 

Célébration du Nouvel An chinois. Célébré dans le monde entier, Toronto ne transgresse pas à la règle. Ce festival donne le passage des saisons dans la tradition et la festivité.

AGO ‘(Art of Gallery Ontario) situé au 317, rue Dundas West est le musée des beaux arts de l’Ontario. La galerie, renouvelée en 2008 par Frank Gehry, abrite à présent une collection permanente allant de la peinture européenne du 15ème siècle, à l’art contemporain international en passant par la peinture canadienne

High Park

Au cœur de Toronto se trouve un immense parc vert d’une superficie de 161 hectares, idéal pour les beaux jours.

Pour l’histoire, High Park était une commune pour les immigrés européens mais elle est vite devenue l’endroit pour les nouvelles générations qui souhaitent éduquer leurs enfants dans le calme.


Tout ce qu’on peut trouver dans un parc traditionnel et plus encore se trouve dans cet endroit comme des aires de jeux, des installations sportives, un lac, une végétation très diversifiée, des restaurants, des serres, des aires de pique-nique, un parc pour chiens et même un petit zoo. Bref, vous trouverez sûrement quoi faire en vous baladant dans cet immense parc.

Se balader …

Le mieux dans une grande ville comme Toronto c’est de simplement se balader. Faire toutes les rues si possible et, pouvoir dire “j’ai fait cette ville en long, en large et en travers“. Vous pourrez ainsi découvrir des parcs enchaînant sur des parcs et d’autres parcs (je me suis baladé un dimanche après-midi et me suis retrouvé dans cette situation. J’ai marché durant 5h, dans Toronto, au milieu d’une forêt tout du long).

A force d’explorer, on finit par se découvrir sois-même.

  • FACEBOOK
  • Twitter
  • FACEBOOK
0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires