Un peu d’histoire pour commencer …

L’île Mémoire est située dans la baie de Dakar approximativement à 3 km des côtes. Il y est recensé plus de 1800 habitants.
Découverte en 1444 par un navigateur portugais puis reprise par les hollandais en 1588, les anglais en 1804 , elle est finalement rendue à la France en 1817.

L’île de Palma (portugaise) est tristement célèbre à cause de la traite des esclaves qui y a perduré pendant plus de 3 siècles. En effet, il s’agit d’une place forte pour le déportage vers les Amériques. On estime à plusieurs millions les esclaves passés par l’ancienne demeure d’Anna Colas Pépin, nièce de la Signare Anna Pépin qui avait développé le commerce de l’Arachide sur l’île.

Contrairement à ce que l’on peut penser, les principaux négriers de l’époque étaient Sénégalais comme les Rois Wolof du Cayor et les Rois Toucouleurs. Néanmoins, le commerce entier était contrôlé par les rois de France et d’Angleterre.
Dans ce commerce, on retrouvait également des peaux, des arachides, de l’or, des épices pauvres.

dakar

Après avoir été une place forte de l’esclavagisme de la côte ouest Africaine, Gorée devient exportateur d’arachide et autres produits. Avec la fondation de la ville de Dakar en 1857, à la demande des descendants Signares (les métisses), l’île va perdre de sa valeur.
L’île de Gorée et la ville de Saint-Louis ont par ailleurs été nommées, en 1872, communes de France par l’administration française. Jusqu’en 1887, Dakar faisait partie de la commune de Gorée.
En observant les inégalités démographiques qui se creusent entre Dakar et Gorée, les deux communes finissent par fusionner et, la commune de Gorée disparaît, absorbée par la capitale.

En 1996, Dakar, trop étendue, décide de se diviser en 19 communes d’arrondissement. Grâce à cette décision et aux pouvoirs conférés aux communes, Gorée récupère des bâtiments détenus par la capitale depuis près de cent ans.
La politique de l’île change totalement et se modernise. Elle reçoit, par exemple, un dispensaire de l’Ordre Souverain de Malte. Elle effectue de nombreux jumelages avec Drancy (France), Sainte-Anne (Martinique), Lamantin (Guadeloupe), Robben Island (Afrique du Sud).

Les différents sites touristiques

Le musée de la mer

L’île de Gorée a vécu pendant des années de l’industrie de la pêche et ce musée permet de comprendre l’environnement lié à cette activité. En effet, des objets dédiés à la pêche ont été récupérés ainsi que des poissons placés dans des bocaux de formol.

La visite est expliquée en français, anglais et wolof par des panneaux. Le musée traite également de l’histoire de la mer en passant par les monnaies d’échanges qui ont traversé le temps, les outils et des maquettes d’habitats. 750 espèces de poissons et 700 espèces de mollusques sont présentés et rendent ce site unique au Sénégal.

musée de la mer

Le musée de la mer est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h30. Le prix est de 500 Francs CFA (0.76€) pour les adultes et 100 francs CFA pour les enfants (0.15€). ©Rufisque Jany

La maison des esclaves

Il s’agirait de la dernière maison d’esclaves construite par les français, la première a été érigée par les portugais. Dans cette demeure que le conservateur nous fait visiter, nous retrouvons plusieurs niveaux et récits historiques.

Dakar

Au rez-de-chaussée, les cellules sont séparées en plusieurs catégories. Les hommes, les femmes, les enfants, la chambre de pesage, … Entre 15 et 20 personnes étaient entassés dans des pièces de 2.60 m sur 2.60 m. 

Des chaînes les retenaient au cou et aux bras. Ils pouvaient effectuer leur besoins qu’une fois par jour. Les esclaves restaient jusqu’à trois mois en attendant leur départ pour le nouveau monde. 

A droite du porche, nous trouvons le bureau du maître. Entre les deux escaliers qui font faces lorsque l’on rentre dans les lieux, on aperçoit une ouverture lumineuse. 

Il s’agit de la porte du « voyage sans retour » car ces hommes qui partaient pour une vie de souffrance ne reverraient jamais leur terre d’origine. 

Dakar
Dakar

A l’étage, une salle d’exposition qui relate l’histoire avec des objets d’époque. C’est grâce au conservateur des lieux que l’édifice ne se pas mais se vit. 

La mosquée de Gorée

Construite en 1890, sur le versant ouest du Castel, se tient la plus ancienne mosquée en pierre du pays. 

Dakar
Dakar
Le mémorial du Castel

Il constituait une position stratégique et offre aujourd’hui un large panorama sur le continent.

Sur le plateau se dresse un modèle réduit du Mémorial de Gorée. Le bâtiment d’accueil est une réplique de la Maison des esclaves de Gorée et le visiteur est conduit par la « porte du voyage sans retour » sur une jetée formée par un navire prêt à appareiller, aux cales chargées d’esclaves enchaînés.

Ce site n’a jamais été terminé et a été sujet à débat au fil des années et des différents présidents. 

L'église Saint-Charles Borromée

Située au centre de l’île, sur la rue du Chevalier de Boufflers, l’église Saint-Charles Borromée est l’un des deux lieux catholiques du site. Elle est dédiée à Charles Borromée, l’archevêque réformateur de Milan et cardinal italien.

Brûlée par les anglais en 1799, elle est restaurée en 1830 en étant financée par Signares de Gorée (riches métisses). Pendant cette longue période, les catholiques de l’île sont privés de lieu de culte et c’est la maison de Anna Colas Pépin qui servira les fidèles jusqu’à la reconstruction de l’église Saint-Charles Borromée. 

©Mon Ch’ti Sénégal

Eglise Saint Charles Borromée
Musée historique de Gorée

Dans le Fort d’Estrées, une citadelle construite par les français entre 1852 et 1856, se trouve le Musée Historique de Gorée qui retrace l’histoire générale du pays, de ses origines à l’indépendance et particulièrement à l’histoire de Gorée. Le commerce des esclaves y tient une grande place. Nous retrouvons les différents types de trafic esclavagistes, arabe, européen, chinois, …

L’édifice composé de 13 salles avec en son centre, la place d’armes. Plus de 500 objets, cartes et document d’époques y sont recensés. 

L'esprit colonial

Outre la maison des esclaves dont le nom est tristement célèbre, le reste des bâtisses de l’île n’est pas concerné par ce pan de l’histoire.
Comment ne pas tomber en admiration devant les maisons colorées typiques construites au 17ème siècle qui sont caractérisées par des rez-de-chaussée surélevés. Les voitures, interdites sur l’île, laisse un sentiment d’apaisement qui permet de profiter sereinement de cette visite.

  • FACEBOOK
  • Twitter
  • FACEBOOK
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires