MESCHERS / TALMONT / CHENAC

A la découverte du lac bleu de Cadeuil.

Sainte-Gemme, en Charente-Maritime, le Lac de Cadeuil, bordé d’une forêt dense et verdoyante est à nouveau une belle découverte. Le beau temps n’est pas au rendez-vous et, nous découvrons de nombreux travaux autour du lac, qui en limitent son accès. Petite déception mais, un magnifique décor est au rendez-vous.

Nous avons aimé les paysages autour du lac, comme un champ de blé typiquement français, une parcelle de terre africaine (eau et sable rouge) et la forêt.

Après notre balade en forêt, nous partons, à 15 kilomètres au sud de Royan, dans la ville de Meschers-sur-Gironde. Cette petite ville doit sa renommée à ses grottes troglodytes suspendues à flanc de falaises.

Petite histoire :

° Il y a 100 millions d’années, Meschers était alors un golfe aux eaux chaudes peu profondes. Au fil des années, un entassement de squelettes et de végétaux s’est déposé sur les fonds marins créant ainsi des couches de sédiments calcaires.

° Il y a 65 millions d’années, les falaises de Meschers se sont formées. On peut observer, à la partie supérieure des roches qu’elle est tendre au toucher et d’une couleur jaune due au calcaire. En revanche, dans la partie basse, la pierre est plus dure et blanche. A l’époque, les hommes avaient déjà choisi les falaises comme refuge et lieu d’habitation.

° Le site accueille plus de 700 000 visiteurs chaque année. Les deux grottes furent agrandies par les hommes dans les années 1900 pour devenir des habitations troglodytes. Aujourd’hui, deux grottes sont devenues emblématiques de la Charente-Maritime.

° Régulus : était le nom d’un navire de guerre dans les années 1800 sous Napoléon I et dont la mission principale consistait à surveiller l’estuaire français de l’invasion britannique. En 1814, les quatre navires font rapidement face à une escadre anglaise d’une dizaine de bateaux qui prend le contrôle de l’embouchure. Face à la puissance anglaise, les français se mettent à l’abri devant le fort de Meschers.

Le 7 avril 1814, le capitaine Régnauld, ne voulant pas se rendre au anglais, décide de saboter sa flotte et d’y mettre le feu. Depuis cette nuit les Michelais ont dénommé les grottes du nom de Régulus.

° Matata : (akuna, avouez ! vous y avez pensé), ses grottes privées reconstituées pour le public, représentent les habitats de la tradition Saintongeaise de l’époque.

On peut habituellement visiter, les grottes d’avril à novembre. Lors de la visite guidée, un guide partage l’histoire et des anecdotes sur ces trous. Il faut compter environ 3/4 d’heure de visite. L’entrée pour adulte est au prix de 5€ et 3,50€ pour les moins de 15 ans. A cause du déconfinement progressif, celles-ci n’étaient pas ouvertes lors de notre passage.

En marchant vers le port, sur le boulevard de la Falaise, nous avons pris un petit escalier qui permet de descendre et d’accéder aux roches où se dressent une série de cabanes de pêcheurs, toutes aussi colorées les unes que les autres. C’était l’occasion d’admirer la vue imprenable sur l’estuaire et de découvrir au fur et à mesure de la balade, des trous dans la roche.

Une véritable ambiance de vacances règnent à Meschers.

A 6 kilomètres de Meschers, en direction du sud, nous découvrons le charmant village de Talmont-sur-Gironde, ancienne bastide fortifiée surplombant l’estuaire de la Gironde.

Le petit village piétonnier est classé par le label Les Plus Beaux Villages de France et fait également partie des petites Cités de Caractère.

Nous avons adoré les ruelles bordées de fleurs devant les maisons, restaurants et boutiques artisanales. D’ailleurs, la ville est considérée comme la capitale de la rose trémière.

L’église Sainte-Radegonde, classée monument historique en 1890, est le lieu incontournable de Talmont. Le petit cimetière marin, face à l’entrée de l’église, abrite toujours de nombreux cénotaphes. Après quelques recherches, nous avons appris qu’un cénotaphe est un monument funéraire qui ne contient pas de corps. Il a vocation à donner une sépulture à un corps disparu, ne pouvant être rapatrié ou inhumé en un autre lieu et d’en assurer la mémoire ou le souvenir.

N’hésitez pas à vous attarder aux détails de l’édifice et admirer les détails de l’architecture avant de pénétrer à l’intérieur de l’église.

Sur le chemin du retour, nous avons fait une halte dans un petit village qui fait partie de la commune de Chenac-Saint-Seurin-d’Uzet.

Sur la route du Littoral, au Port des Monards, nous avons découvert un bout de paradis face à la minoterie (les moulins modernes, établissement industriel pour la transformation des grains en farine).

Ce petit paradis, situé en zone Natura 2000 pour la protection des milieux remarquables, est une propriété privée. Le Domaine de Chauvignac propose un sentier piétonnier ombragé, sans issue d’1 km 5, ouvert au public durant la journée, le long de la rivière. Des espèces sauvages et domestiques vivent dans le domaine comme des loutres, cigognes, vison d’Europe, Martin-pêcheur, moutons Racka, cygnes, canards, etc.

Découvrez une nature authentique. Vous serez séduit par la fraîcheur et la beauté des paysages, par l’île aux bambous et les moutons sauvages. La balade dure en moyenne 1h15 et ne présente aucune difficulté. Idéal en famille. Ouverture en juillet-août (tous les jours) et septembre (les week ends) à partir de 13h30.

En bord de route, la rivière s’est élargie et forme un étang où l’eau est relativement bleue. C’est très beau.

Une jolie balade pour terminer la journée …

  • FACEBOOK
  • Twitter
  • FACEBOOK
  •  
    4
    Partages
  •  
  • 4
  •  
  •  
0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires